L'Edito

Nouvelles Journées d’Echographie Fœtale

Les Nouvelles Journées d’Echographie Fœtale et le CFEF, une histoire d’amour

Dans deux mois se dérouleront les 6e “NJ”.
Emanation des Journées de Printemps du collège, ce congrès a trouvé sa place dans le paysage des manifestations consacrées au diagnostic anténatal et à la médecine fœtale.
Il est à l’image du collège, on y “travaille sérieusement sans se prendre au sérieux”.
Dès la première édition, nous avons voulu un congrès de haut niveau scientifique mais qui ne se coupe pas de la base, avec des installations de qualité mais sans prétention, où la pratique quotidienne serait au centre des débats mais sans occulter les grandes évolutions de l’échographie foetale, qui donnerait la parole à des orateurs renommés mais sans la couper aux collégiens, qui ferait connaître des spécialistes étrangers sans négliger les français…la quadrature du cercle !
Nous sommes donc fiers de proposer à la fois les nouveautés en échographie et des cas cliniques de praticiens issus de la base, ce qui est pour nous le plus grand des compliments.
Nous sommes fiers d’animer 120 ateliers patientes et que des intervenants de la HAS nous présentent leurs recommandations.
Nous sommes fiers d’avoir invité depuis 6 ans 15 des plus “grands noms” étrangers de l’échographie fœtale et d’avoir été adoubés par les grands patrons français.
Nous sommes fiers des compliments sur la qualité de la technique, des prestations et des services que nous avons mis en place pour les participants sans perdre la convivialité reconnue du collège…
Les témoignages que nous recueillons, année après année, auprès des participants comme des intervenants nous prouvent que nous avons réussi à faire le congrès que nous souhaitions. Par forcément le plus important en taille, ou le plus connu, mais celui qui correspond à la vision que nous avons de notre métier et de ce que nous voulions apporter à ceux qui sont impliqués, souvent avec passion, dans l’échographie fœtale.
Bien sûr, de nombreux débats animent encore nos réunions en interne ; faut-il garder la date du week-end de l’ascension (propice à une escapade familiale mais qui pénalise moins les libéraux et permet les ateliers avec patientes), bien que notre spécificité soit “le fœtus”, doit-on ouvrir plus largement à l’échographie gynécologique (que pratiquent nombre de participants au congrès), comment rester au dessus des luttes de “chapelles” de médecine fœtale pour profiter de toutes les compétences, quel renouvellement annuel sans perdre une certaine cohérence ? Pour répondre à ces interrogations sans tomber dans “l’électoralisme”, une seule solution : rester fidèles aux valeurs du Collège, à ce qui a fait que ce qui a été fondé il y a plus de 20 ans par un groupe de visonnaires soit aujourd’hui une société savante reconnue de 1200 membres qui joue un rôle majeur dans notre discipline.

Nous vous attendons aux NJEF du 25 au 28 mai prochains, impatients de partager avec vous ce congrès qui est le nôtre, qui est le vôtre et celui de tous ceux qui se reconnaissent dans l’esprit du CFEF.

A très vite

Pour le Comité d’Organisation
P.Boukobza

Ph. Boukobza