L'Edito

Biométrie fœtale: où en est-on ?

Les performances du dépistage des fœtus PAG voire RCIU restent insuffisantes. L'utilisation des biométries fœtales "seules" ne permet de dépister que 20-30% des fœtus RCIU et ce dépistage ne pourra vraisemblablement être amélioré que par la combinaison de différents outils, comme cela a été fait avec le dépistage combiné de la trisomie 21.

Une telle approche nécessite que chacun des marqueurs utilisé soit parfaitement validé et contrôlé. Malgré les recommandations récentes émises par le CNGOF en collaboration avec le CFEF en 2013, l'évaluation des biométries fœtales reste hétérogène en France. Les références utilisées pour la datation, la biométrie, l'estimation de poids fœtal...sont anciennes et imparfaites.

Dans un souci de simplification et d’homogénéisation, le conseil d’administration du CFEF a décidé en 2018, à l’unanimité, de recommander le remplacement des courbes actuelles dites du CFEF-CNRS ensemble de nouvelles courbes internationales évaluées et validées par de très nombreuses publications internationales et françaises (courbes INTERGROWTH-21st). Il n’est bien sûr pas réaliste de définir qu’une courbe est mauvaise et une autre meilleure, il faut toujours faire un compromis entre la sensibilité et la spécificité. Le choix du CFEF a toutefois été guidé par le souhait d’utiliser des données prescriptives récentes et internationales, acquises en aveugle avec un strict contrôle de qualité, sur une population à bas risque parfaitement identifiée et suivie depuis le premier trimestre jusqu’à deux années après la naissance de l’enfant, modélisées avec précision et dans les règles de l’art. Le CFEF a aussi souhaité, à l’heure d’une pression médicolégale grandissante, donner toutes les recommandations nécessaires pour homogénéiser au maximum les pratiques de dépistage, afin de permettre aux échographistes et aux obstétriciens de baser leur prise en charge sur des standards très largement évalués et référencées. Enfin, ces standards internationaux ouvrent la voie vers de nouvelles collaborations et recherches internationales, permettant d’évaluer et de comparer nos pratiques. Il est sage de souligner que ces recommandations s’appliquent au dépistage uniquement.

Ces changements importants de nos pratiques de dépistage nécessitent un accompagnement scientifique et pédagogique majeur dans lequel le CFEF va pleinement continuer à s'investir. Au cours des prochaines semaines et en collaboration avec toutes les sociétés savantes qui le souhaitent, des programmes de formation, d'assurance qualité et d'information seront mis en place. Toutes les questions seront prises en compte, les formations présentielles et en ligne seront largement relayées, des outils d'évaluations en ligne seront mis en place pour tous les échographistes afin de leur permettre de mieux appréhender ce changement, qui s'accompagnera bien sûr d'une évaluation des pratiques.

Tous ensemble et dans l'unité, nous allons préparer cette transition que nous avons décidé sur des arguments forts et pérennes. Ce changement interviendra dans les prochains mois, lorsque l'ensemble des outils accompagnant ce changement sera fonctionnel et en place. Avec votre aide à tous, nous espérons ainsi améliorer le dépistage et la prise en charge des fœtus PAG et RCIU.

Conseil d'Administration et Comité Scientifique du Collège Français d'Echographie Fœtale